Le prix d’un savon saponifié à froid

Initialement publié le 17 décembre 2012 sur le blog de la Savonnerie Minervoise

 

« Dites Madame, ils sont chers vos savons !«

Voici une ritournelle bien souvent entendue sur les marchés, foires et salons. Elle sort de la bouche du chaland lambda, qui ne connaît pas les savons par saponification à froid et/ou est insensible à l’argument de la bio.

J’entends et je respecte cet avis. Avant de fabriquer mes premiers savons « sàf », je me faisais la même remarque. Je n’avais aucune idée du confort, de la douceur qu’ils apportent et je n’imaginais même pas qu’un savon puisse avoir un parfum autre que ceux hyper normés que l’on trouve en grandes surfaces.

Lors de mes premières ventes, j’étais même étonnée que mes clients acceptent un tel tarif (N.B. : les savons enchantés étaient vendus 5.5€ TTC pièce). Ce sont eux qui m’ont rassurée de par leurs témoignages et leur fidélité. Jusqu’à entendre lors de l’un des derniers marchés de Noël (samedi dernier pour être précise) :

« Mais ils ne sont pas chers, vos savons !«

J’ai été si surprise que je n’ai pu que répondre :

« Ah bon, vous trouvez ?
Oui. Vous proposez de la qualité, sans les m*rdes que l’on trouve d’habitude dans les autres savons et en plus, vous avez une mention qui en dit long !«

Alors, chers ou pas, ces savons ?

De l’avis de mes clients, non.

Voici leurs principales raisons :

– les économies substantielles réalisées sur les crèmes et autres produits hydratants dont désormais mes clients espacent notablement les applications, quand ils ne les abandonnent pas tout simplement ;
– l’amoindrissement de leurs troubles cutanés, voir de leur résorption ;
– un confort inégalé ;
– le souci de l’environnement et de l’impact des produits rejetés au quotidien dans les eaux usées ;
– le prix (hé oui), couplé au confort de ne plus avoir qu’un emballage minimaliste – et recyclable – qui ne pèse quasiment rien tout en étant élégant et simple.

Mes savons – et ceux de mes confrères et consœurs – font donc l’objet de recommandations croissantes et constantes dans le temps, et en cela je remercie tous ceux et celles qui nous font confiance et osent franchir le pas. Ils testent avec plaisir les savons d’autres producteurs et apprécient de pouvoir avoir à leur disposition autant de parfums, couleurs et aspects qu’il existe… De savonniers !

Avant de conclure par un « Alors, prêt à essayer ? » je vais tout de même faire un peu d’économie (de base en version ultra simplifiée) avec vous. Mais rien de complexe, juste de quoi comprendre pourquoi nos savons ne peuvent pas être vendus aux mêmes prix que ceux des supermarchés.

Le prix d’un savon se décompose ainsi :

matières premières + amortissement des investissements + charges courantes (incluant nos salaires) + marge + TVA.

– Matières premières : au choix du savonnier, évidemment. Elles sont souvent très belles, brutes quand nous le pouvons et de préférence locales (même si définitivement non, le karité ne pousse pas sur nos rives) ;

– Amortissement des investissements : oh malheur ! quels termes barbares me diront les non-initiés aux joies de la comptabilité. En clair, ce sont les remboursements de nos emprunts (non, on ne monte pas un laboratoire de fabrication de produits cosmétiques avec deux planches de récup’…. Et les normes durcissent encore et encore, pour votre sécurité amis consommateurs). Et oui, nous investissons régulièrement (achat de nouveaux équipements, amélioration de ceux existants etc) ;

– charges courantes (vous les connaissez : loyer, électricité – il nous en faut peu, mais un peu quand même -, eau, essence pour nos véhicules…) ;

– marge : ici se joue un aspect crucial. Sans marge, nous ne pouvons créer de nouveaux produits, embaucher si le besoin se fait sentir et bien d’autres choses qui nous permettent de vous offrir de plus en plus de belles choses, tout simplement ;

– TVA : taxe sur la valeur ajoutée. Ce n’est pas un gros mot ou un sujet de polémique, juste la valorisation de notre production… Que nous reversons à l’Etat.

Je laisse volontairement de côté bien des aspects marketing (avec des termes aussi chaleureux que « prix psychologique » par exemple) pour vous dire, en toute honnêteté, qu’aujourd’hui en choisissant un savon saponifié à froid, vous n’en payez pas le prix réel. Nous fabriquons des produits très haut de gamme, quand ils ne sont pas de luxe ! Et nous faisons bien des efforts pour vous les proposer à des prix finalement très accessibles. Il n’y a qu’à comparer avec la marge que peut se faire un fabricant de shampooing liquide ou de gel douche…

Enfin, faites confiance à votre peau. Elle vous dira oh ! combien mieux que moi à quel point ces savons sont bons. (Je vous renvoie à cet article pour comprendre comment les faire devenir encore plus économiques.)

Similar Posts
Critères d’appréciation d’un savon
Initialement publié le 29 janvier 2013 sur le blog de la Savonnerie Minervoise Partons déterminer quels sont les fameux critères...
Formuler un (bon) savon
Initialement publié le 17 mars 2012 sur le blog de la Savonnerie Minervoise La fabrication d’un savon en utilisant le...
Fabrique-moi un savon : les bases
Initialement publié le 26 février 2012 sur le blog de la Savonnerie Minervoise   Fabriquer un savon est en soi...

2 346 Comments

Leave a Reply


You must belogged in to post a comment.