Ils sont de retour…

Les dernières nuits furent chargées…
J’ai tué symboliquement le père (l’image).
Et après une pause d’une nuit, la suivante j’ai été dans l’enchaînement de « je lâche les rênes donc tout part en vrille » au point d’être seule au milieu de mes semblables devenus ennemis sans même que nous nous connaissions et sans vrai moyen d’obtenir de l’assistance alors que ma progéniture était en danger de mort (et moi aussi, d’ailleurs). Foule, menace, voiture, retour en un substitut de lieu où j’ai grandi. Symboles, vous avez dit symboles ?

Ok ok, j’avance m’enfin euh… N’en jetez plus, j’ai eu ma dose pour un bon moment, merci !

Similar Posts
[Fragment 29 : Résonances verticales…]
Il n’était pas encore temps. Cette phrase était devenue comme un mantra, elle revenait encore et encore, sur bien des...
[Fragment 28 : Ainsi vint le Mat]
A la lisière des sorties, entre les foules raisonnées, les concerts et les visions inattendues, elle l’avait croisé. A plusieurs...
[Fragment 27 : Trouver la ressource en soi]
Elle avait versé des torrents de larmes. Elle s’en était remise aux éléments, enlacée aux arbres, entremêlant ses pleurs à...