Fragments épars (3)

Elle n’aimait pas les Autres. Par défaut. Par timidité. Parce qu’elle se sentait inadaptée sociale. Parce qu’elle ne voyait pas l’intérêt d’aller se découvrir pour être immédiatement jugée. Parce qu’elle avait mieux à faire. Parce qu’elle était Elle. Tout simplement.
« Élitiste ». Telle était un des adjectifs qui lui collait aux basques. Et alors ? Cela avait du bon, cela permettait des respirations, d’éviter des malentendus (celui-là étant in fine le moins pire à choisir), de perdre du temps ou à tout le moins, d’en faire autre chose.

Elle refusait ces Autres prompts à coller des étiquettes, se fiant uniquement à leurs yeux-coupés-du-coeur, vivant en vase clos dans le confort douillet de leurs certitudes plates. Elle évitait tant qu’elle le pouvait d’exposer ses idées : trop décalées, trop inadaptées, trop anti-sociales.

Dans cette sereine fracture elle percevait parfois des ruptures, des moments de solitude, des envies de ces éclats de normalité qui semblaient si simples. Pour bien souvent y renoncer. Comme l’herbe du pré d’à côté, finalement, cela perdait de sa chatoyance dès qu’elle s’en approchait de plus près.

Difficile recherche, exercice d’équilibriste impossible, jeu tronqué. Trop de « j’aime » sans signification, trop de futilité, de superficialité. Trop de bercements douloureux à tant rendre le moindre raisonnement impossible à écouter. Amie des livres, de ces classiques soldés, jetés ou donnés, elle aimait à percevoir l’esprit en mouvement qui avait posé ces mots, partagé ses joies, ses peines, ses réflexions. A l’aise avec les « anciens » comme les « modernes », les auteurs morts comme les vivants – qu’elle n’aimait pas rencontrer par ailleurs. Blasée de tout et pourtant curieuse d’un rien, elle restait attentive à la Nature, aux émanations subtiles, à ces « petits riens » que tant de gens semblaient snober, trop occupés à visser leurs nez sur leurs téléphones.
Mais qui n’est plus si connecté au réel ?

Intello-chiante, elle avait tenté plusieurs fois de se mettre « au même niveau » que ces Autres. Ils pouvaient bien habiter la même planète, fouler les herbes tondues, respirer un air commun ou brunir sous un soleil, elle peinait à croire qu’il put exister un lien quelconque entre eux et elle.
Vanité. Mépris. Dépit.

De part et d’autre.

Similar Posts
[Fragment 28 : Ainsi vint le Mat]
A la lisière des sorties, entre les foules raisonnées, les concerts et les visions inattendues, elle l’avait croisé. A plusieurs...
Fragment 27 : Trouver la ressource en soi
Elle avait versé des torrents de larmes. Elle s’en était remise aux éléments, enlacée aux arbres, entremêlant ses pleurs à...
[Fragment 26 : Dea Irae]
Elle avait capitulé. Poussée dans ses derniers retranchements, elle s’était rendue à l’évidence : il se jouait d’elle. Oh, il...