Soigner une bartholinite naturellement

Cette affection gynécologique toucherait environ 2% des femmes. Douloureuse, elle peut aussi être récidivante.

J’ai parcouru le web et trouvé bien peu de documentation sur comment soigner une bartholinite avec des produits naturels. En ayant eu deux en l’espace de 10 ans, j’ai décidé de partager mon protocole.

**************

ATTENTION !!

Cette expérience répétée a été faite par une femme qui connait bien son corps et sous la supervision de son médecin traitant. Elle est le récit d’un vécu qui n’engage qu’elle.

Une bartholinite mal traitée peut engager le pronostic vital en dégénérant en septicémie !

En cas de doute, il faut vous rendre aux urgences.

C’est impératif si vous avez de la fièvre !!

**************

Cet avertissement posé et bien compris…

Le principe

  1. Dès la détection : aller consulter son médecin traitant / gynécologue et faire confirmer le diagnostic. Se faire prescrire des antibiotiques et les prendre (important !!). Refuser gentiment et fermement les actes chirurgicaux proposés tout en vérifiant bien que votre état permet de réaliser des auto-soins. Parfois, il n’est pas possible de leur échapper, notamment si la bartholinite est à un stade trop avancé.
  2. Se reposer au maximum. Bien comprendre qu’il faudra au minimum quinze jours à tourner au ralenti, voir pas du tout. Évacuer tout facteur de stress, alléger sa nourriture et dormir autant que possible.
  3. 3 fois par jour : s’auto-masser, jusqu’à la disparition complète du kyste. Attention, c’est très douloureux.

Les produits complémentaires

Pour les massages prévoir une huile seule pour la partie interne. Le calophylle inophyle (aussi appelé tamanu) est idéal. Si vous n’en avez pas une huile neutre et non parfumée conviendra : olive, sésame non toasté…

Pour les massages externes prendre la même huile et rajouter 2% en poids d’huile essentielle de tea tree.

La nuit, il est possible de mettre de l’argile verte en pâte en interne et en externe. C’est un complément, ces emplâtres ne suffisent pas à eux seuls. Il est aussi possible de se préparer du lait d’argile pour le boire à jeun le matin, mais n’ayant pas eu le réflexe de le faire je ne peux témoigner de son efficacité.

L’outil génial

La baignoire pour des bains très chauds et longs. Si vous n’avez qu’une douche, une bassine pour faire des bains de siège fonctionne aussi, comme tout autre récipient suffisamment grand pour y faire tremper vos fesses.

L’eau très chaude détend. Elle permet des massages longs, pour drainer efficacement le fluide.

Le bonus : le rasoir, pour éliminer temporairement les poils de la partie externe à masser.

La technique d’auto-massage

Je répète : c’est douloureux. Vraiment.

Sans être dans l’eau :

Assise au sol ou accroupie ou debout avec une jambe relevée sur un tabouret, selon la position qui vous sera la plus facile.

Mettre de l’huile neutre sur le pouce et l’insérer à l’entrée du vagin. Il va venir relever le kyste délicatement.

Mettre de l’huile mélangée à l’huile essentielle sur les autres doigts. Les poser à l’extérieur, tout le long du kyste.

Bien respirer, profondément en prenant contact. Se souvenir de cette respiration lente et la conserver toute la durée du massage.

Pincer jusqu’à avoir un contact ferme. Et faire glisser les doigts le long du kyste, dedans et dehors, de l’avant vers l’arrière en maintenant la pression. Souffler… Inspirer et faire le chemin retour.

Selon votre résistance à la douleur, réaliser cette opération entre 10 et 15 minutes le matin et le midi.

En étant dans l’eau :

Réaliser le même massage mais sans les huiles (elles seront à mettre à la sortie du bain).

Idéalement, le faire durer entre 45 minutes et une heure. (Si, si… Vraiment. Et je compatis.)

Bien respirer, c’est une des clés.

Comment procéder en cas de collection ?

Une collection signifie qu’un premier kyste s’est formé et que d’autres vont apparaître derrière lui (donc vers l’arrière du canal, en direction des fesses).

Pas de panique, lors de ma première bartholinite il y en avait 3 qui s’étaient formés. J’ai drainé le premier, puis le second et enfin le troisième.

La deuxième fois, il y en avait 2, le second est apparu au deuxième jour du massage. Logique, en poussant le fluide dans le canal il est allé l’engorger un peu plus loin. Là encore, j’ai drainé le premier vigoureusement puis j’ai accompagné le second en fin de massage. Donc 30 minutes sur le premier, 15 sur l’autre à chaque fois. Le dernier jour, le premier était totalement résorbé, j’ai donc massé le second pour finir de le drainer.

A chaque fois, j’ai surveillé en tâtant délicatement les jours suivants. La zone reste sensible mais la sensation est tout à fait différente.

Enfin, j’ai pris les antibiotiques jusqu’au bout, sans rater la moindre prise. Puis je me suis concocté des repas avec des aliments lactofermentés et des boissons fermentées de type kéfir, kombucha et ginger beer maison, évidemment ! Pour réensemencer ma flore intestinale.

Ce protocole m’a permis d’éviter des opérations telles que la marsupialisation ou l’ablation de ma glande, sans mèche ni aucun autre acte chirurgical.

Je vous souhaite une belle guérison physique, comme psychique (la bartholonite, comme toute maladie, révèle quelque chose… C’est une invitation à l’introspection).

Similar Posts
Méditations & transmutation (Vipassana)
Des méditations, j’en connais quelques unes. Qu’elles soient consciences, guidées, actives, au son d’un instrument ou dans le silence, ritualisées...
Se nourrir en conscience
Ce thème est transversal… Entre les quelques recettes ici et là, ma passion pour le kéfir et une réflexion sur...
Houmous : LA recette !
Ce grand classique est un pur régal qui se mérite… Long à faire, il est pourtant incontournable et ensoleille la...